Chapitre 17 : Fraternité disparue

Prison de Céladopole – Une heure après

Giovanni dormait comme un bébé lorsque son frère entra dans sa cellule. Si seulement leur mère pouvait voir dans quel état pitoyable il se trouvait… C’est elle qui disait qu’il était le plus merveilleux de ces fils… Elle aurait honte.

La barbe avait poussée sur le menton de son frère, ses ongles étaient longs et  by Browse to Save » href= »http://www.pokebip.com/pokemon/index.php?phppage=membres/fanfics/affichage-chapitre&c=39001# »>sales, et son visage touché par le temps lui donnait un air de vieille moisissure abandonnée à la décharge public depuis des décennies. Voilà ce qu’était désormais le grand champion d’arène et le plus beau des fistons du monde : un vulgaire déchet.

« Réveilles-toi ! lui ordonna Diego fermement en donnant un bon coup de pied entre ses côtes. J’ai à te parler sur le champ. »

Le prisonnier se tordit sur le sol et grogna, sans doute peu décidé à bouger avant le lever du soleil, et qu’importe celui qui voulait lui parler. Mais Diego ne l’entendait pas de cette oreille, lui qui était dès lors devenu l’homme le plus puissant de la terre n’allait pas se laisser faire par le chef déchu de la Team Rocket. Au second coup, Giovanni bougea un peu, avant de se réveiller au troisième, surpris à la vue de son petit frère.

Aussitôt, le prisonnier se leva afin de se précipiter dans les bras de ce dernier qui le laissa faire en souriant, attendant les paroles que son frère ne tarderait pas à prononcer. Impatient de le détruire, il attendait le meilleur moment pour en finir avec cette vieille rancune d’enfance.

« Merci mon frère d’être venu me libérer, s’exclama Giovanni. J’ai toujours su que je pouvais compter sur toi dans ce genre de situation.

- Tu mens, cracha ce dernier en le repoussant subitement. C’est de l’hypocrisie à l’état pur.

- Et alors ? Tant que nous sommes ensemble tous les deux plus rien ne compte. Dis-moi, quel est l’ancien membre de la Team Rocket qui a organisé mon évasion ? Je voudrais sans doute le féliciter à ma sortie dès ce soir. Est-ce Marc, Jean ? Non, ne me dis rien. C’est Silver, mon fils, pas vrai ? C’est lui qui t’envoie.

- A vrai dire tous ceux que tu viens de mentionner sont dans le coup, sauf Silver évidemment et c’est regrettable.

- Dans le coup, comment cela ? reprit l’ancien chef de la Team Rocket qui laissait peindre sur son visage une pointe d’appréhension.

- Je veux dire que c’est moi qui aie tout organisé… »

Subitement, le visage de Giovanni changea de forme, il savait que c’était impossible après ce qu’il lui avait fait que son frère cadet soit à l’origine de ce plan. Dans ses yeux, Diego vit passer une tonne de sentiments et de souvenirs dont il n’avait que faire avant que son grand frère ne se jette dans ses bras une fois de plus. Diego se mit à sourire. « Merci mon frère, merci d tout mon cœur. Je savais que tu étais le meilleur d’entre nous depuis le début.

- Je t’ai dit d’arrêter avec ça. On a toujours sut tous les deux ce que maman pensait de nous, tu sais comme moi que tu as toujours été l’enfant prodige et moi…

- Toi tu n’étais rien, termina Giovanni. Je suis désolé mais tu as toujours été le dernier à l’école, le dernier en amour, je t’ai même piqué ta petite amie au collège. Maman me préférait car j’étais tout simplement le meilleur d’entre nous et c’est tout à fait logique, tu ne peux pas lui reprocher cela. Au fait, comment elle va ?

- Je n’en sais rien, répondit Diego aveuglé par la haine que les paroles de son frère n’avaient fait que rendre encore plus virulentes. Et puis je ne suis pas venu pour parler, ni pour te libérer d’ailleurs. »

A cette phrase, Giovanni changea encore une fois de couleur et son teint pâlit brutalement. « Oui, mon frère, je vais te tuer. Et alors ? De toute manière tu es déjà à moitié mort. Tu croupis dans ce cachot alors que je suis dehors à commander tes anciens hommes et plus encore. Toi tu pourris ici et moi je deviens de plus en plus fort. Dis-moi, qui est le meilleur d’entre nous désormais ? Toi ? Je ne pense pas…

- Tu ne feras pas ça… bégaya son frère. Tu ne peux pas. La police te poursuivra dès qu’ils sauront que tu es entré ici.

- Tu sais, au point où j’en suis… Peu importe pour la police que je te tue ou te libère, ils me chassent déjà. De plus, trois gardiens sont morts cette nuit pour que je puisse avoir le simple plaisir d’avoir ma vengeance.

- Comment peux-tu…

- Tu te souviens de ton chef-d’œuvre ? Ton Mewtwo qui ne t’as jamais obéis et s’est enfui avant même que tu puisses l’utiliser ? J’ai refait ton expérience en améliorant un peu la chose…

- Tu as créé Mewthree ? Comment ? demanda-t-il alors en oubliant sa mort, intéressé par l’exploit de son frère.

- Je dois dire que ta création et son ADN m’ont énormément servit, reprit Diego sans prendre en compte les questions de Giovanni. Néanmoins ton pokémon n’était pas abouti du tout. En plus de ne pas être assez puissant, Mewtwo ne t’obéissais pas du tout. J’ai donc couplé les pouvoirs de ton légendaire, qui possédait l’intelligence et le contrôle mental, avec ceux de trois autres. La rapidité de Rayquaza et sa force physique ont multipliés par trente les compétences corporelles de ta création. Avec Deoxys, j’ai permis à Mewthree de pouvoir changer sa structure suivant la situation en ajoutant aussi l’ADN d’un Kecleon, lui permettant de s’adapter à n’importe quel type. Enfin, j’ai placé l’ADN de Darkrai, lui ajoutant énormément de ruse et le pouvoir de créer des illusions et de les rendre réelles, tout en multipliant les compétences de ce dernier.

- C’est impossible…

- Ce que tu ne sais pas aussi, ajouta Diego sans se soucier plus que cela de ce que pouvait dire son frère, il est entièrement programmer pour m’obéir entièrement et à personne d’autre. C’est sans doute le détail le plus soigné en ayant vu l’échec retentissant que tu as eu avec ton pokémon lors de sa création. L’avantage de Mewthree est qu’il restera fidèle à moi jusqu’à sa mort. Tu vois, mon frère, que je suis bien largement supérieur à toi.

- Tu ne me tueras pas, répondit Giovanni en voyant le changement qu’il y avait dans le regard de son frère depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Nous pourrions sans doute nous allier pour faire quelque chose d’encore meilleur. Tu pourrais utiliser mon sens de la stratégie pour mener la suite de ton plan à bien.

- C’est trop tard pour me supplier, tu aurais dût le faire il y a déjà vingt ans, répondit son frère en tournant vers la sortie. A toi de jouer, lança-t-il à quelqu’un se trouvant dans le couloir et dont son frère devina le profil, fais ce que je t’ais expliqué. Laisse-moi seulement sa tête. »

Lorsque qu’il revint dans la cellule de son frère, Diego ne put voir qu’une mare de sang et d’organe éparpillés partout à l’intérieur de cette dernière. D’un signe de tête, il salua la créature qu’il venait de créer et ramassa ce qu’il restait de son frère sur le sol : il ne restait plus qu’à livrer sa tête en cadeau à l’endroit convenu.

 

ebtiha |
LE CERCLE RATIONNEL |
Minimax03 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PaRoDia
| car2le
| mammgoz