Les supers documentaires : la fête de Noël !

Il est temps de proclamez l’avénement d’un nouvel ordre dans notre parfaite civilisation ! En tant que roi de la contrée des vers de sable, que détenteur du bâton sacré forgé dans la montagne du destin, et que régent des collines du rayon lunaire, j’annonce devant vous :

King Castor se voit obligé d’interdire toute pseudo-série mettant en scène le quartier d’une ville portuaire, portée par des acteurs sans aucun talent, soutenue par des millions de fans sans aucun goût, et développée par des scénaristes sans imagination. Je rajoute que les termes « lolilolant », « kiffer sa race », « kakalol », « besthà », « sisthà », « tmtceiii », et « je suis un gros con » sont interdit ainsi que… Quoi ?!

Régisseur : Mon seigneur ! Excusez moi, mais je pense que vous avez pris le mauvais texte que j’avais rangé dans la boite à gants de ma Twingo. Celui-ci est le discours écrit par Kévin le stagiaire de la compta qui a voulut vous faire une blague.

- Mais vous allez me lapider ce Kévin quand ?! Envoyez l’émission !

Régisseur : Excusez moi, mais vous avez ordonné d’attendre les résultats du sondage avant d’exercer un acte de barbarie sur cet enfant.

 

Le documentaire du jour vous sera présenté par Bob le maître du savoir suprême.

Salut à vous tous et bonsoir ! Je viens en ce jour vous parler de l’histoire qui marqua toute notre vie, cette aventure trépidante que nous connaissons tous sans exeption, cette expérience unique par laquelle nous avons tous dût passer. Je sens que le suspense est à son comble dans le public, que vous trépignez d’avance de savoir la signification de mes paroles, et que certains sont prêt à se trancher les veines si le reportage ne commence pas dans quelques lignes. C’est donc pour cela que je me permet de faire parler la voix-off dans le but de vous faire chier.

Voix-off : Ce matin j’ai mangé des céréales nimbés de chocolat, c’était super délicieux. Hier j’ai promené mon chien dans le parc en bas de chez moi, c’était vraiment top délire. Demain j’ai prévu une sortie à la boîte de strip-tease de Ricardo, ça va être vraiment génial. Maintenant je sais que tout le monde se fiche de mes expériences, j’en suis fort aise.

Vous aurez donc compris que cet épisode parlera du lutin qui partait chaque nuit se cacher sous notre lit dans le but de nous traumatiser jusqu’à la fin de nos jours. Mais si je regarde toutes les nuits sous mon lit afin de vérifier s’il n’est pas venu me rendre visite !

Régisseur : Monsieur Bob ! Excusez moi, mais le texte que vous venez d’improviser est une mauvaise idée de Régis de la sono que vous avez par mégarde confondu avec le discours posé sur le barbecue.

En effet mon cher ami. Toutes mes félicitations à Régis qui, je le rappelle pour tout le monde, est un gros con. Nous parlerons dans cette éditions des supers documentaires le sujet de… J’ai pas vraiment d’idée moi là… De la macarena ? Non c’est nul ça… Ben parlons de Noël !

Qu’est-ce que Noël ?

Alors premièrement si vous n’avait jamais entendu parler de Noël vous ne pouvez être que le Yéti, ou alors un moine tibétain qui n’est jamais sorti de sa grotte. Même le pire des geeks du monde a entendu parler de cette fête lors d’un évènement sur WorldofWarcraft.

Vous aurez donc compris que Noël est don une fête. Elle est fêtée dans le monde entier chaque années et reste gravée dans chaque esprit tout les jours. Vous me direz sûrement : mais pourquoi la Chandeleur ne reçoit pas autant d’éloge ? La raison est simple mes amis : nous pouvons manger des crêpes toutes l’année mais ce n’est pas tout les jours qu’un monsieur obèse et mal habillé descend par la cheminée vous donner des cadeaux.

Elle célèbrait il y a longtemps la naissance de Jésus-Christ mais est maintenant entièrement tourné vers autre chose : le remplissage des poches des marchands de jouets. Noël est aussi une sorte de rêve pour les enfants même si des milliers de points ne collent pas du tout avec la réalité.

Les conneries de Noël !

Premièrement pensez vous qu’un gros bonhomme vêtu de rouge vole en traîneau pour distribuer gracieusement des cadeaux aux enfants de ce monde ? Et puis franchement, vous pensez que si un petit chinois demande la Playstation 3 au Père Noël il l’aura à la place de son bol de riz annuel ? Arrêtez de vous foutre de nos gueules sérieusement !

Deuxièmement les lutins qui fabriquent les cadeaux ne vont pas s’embêter à recopier les logos des marques sur les boîtes. Soit il n’y a aucun petit être habillé en vert, soit il font les courses dans les supermarchés, ou soit ils sont tous morts et certains ont trouvés refuge dans la civilisation. Je ne parle pas de Link, de Joséphine ange gardien, des trousseaux de clés de Fort Boyard, et encore moins des Playmobils.

Troisièmement quand vous demandez le dernier God of War sur la lettre au Père Noël ce n’est pas tout à fait normal de recevoir Nintendogs et English Training. Le gros monsieur en rouge ne sait en plus pas lire.

Quatrièmement, s’il est comme sur les images que nous voyons partout, pensez vous que son ventre rentre dans le conduit de la cheminée ?

Cinquièmement pourquoi ce vieillard se pointe toujours quand vos parents vous envoient jouer un petit instant dans votre chambre pour qu’ils soient « tranquille pour préparer le repas » ? Tout cela pour ensuite sortir la fameuse phrase : « Oh, c’est étrange, il vient de passer ! »… C’est ça, foutez vous de notre gueule…

Sixièmement c’est quoi ce déguisement ? Il y a des gens qui ont l’audace d’être l’idole des enfants en se pavanant avec un bonnet rouge cerné de laine, des bottes de ski, et une barbe blanche ; c’est inadmissible !

Septièmement est-ce qu’il sait que des millions de personnes plagient son déguisement ? Je serais lui j’irais tous leur éclater la figure ! Il peut distribuer des cadeaux au monde entier en une nuit alors aller flinguer quelques mecs au chomâge vêtus de rouge ne doit pas être très compliqué…

Huitièmement je ne croyais plus à ce personnage à l’âge de huit ans ; même petit je restais lucide face à la réalité ! Non les castors volants existent je vous jure…

Neuvièmement je désire réellement savoir à quoi se droguait celui qui a eu l’idée des rennes volantes.

Dixièmement je pense que tout cela marque la fin de cette émission. Avant de vous laisser je vais vous donner les quelques phrases de la fin.

 

Les lutins sont des entités supérieurs mais inférieurs aux castors qui ont la supériorité sur l’infériorité des autres peuples. Vous avez rien compris mais c’est vraiment cool.

J’ai tenu parole et réalisé trois articles aujourd’hui alors que j’étais pourtant assez occupé.

Le bouton partager sur facebook se trouve juste en dessous à droite de l’article.

Il faut commenter ce petit article. Vous avez lus ! Vous commentez ! Sinon je vous envois une troupe de lutin pour vous estampiller le logo de Hello Kitty sur le front ! On fait moins les malins tout de suite…

 

C’était Les supers documentaire, présenté par Bob le maître du savoir suprême.


Archives pour la catégorie Les supers documentaires

Les supers documentaires : la répartie !

Oyez ! Oyez !  Et oyez toujours ! En tant que seigneur ultime de la boucherie du père Martin, que rongeur de qualité supérieure, que détenteur de la queue la plus spectaculaire du monde, et que tout simplement détenteur du trône que j’ai moi même taillé je déclare :

King Castor interdira toute émission visant à abrutir un public déjà concrètement atteint, détruira chaque parcelle de viande laissée par le chien Snoopy, puis cherchera les survivants du massacre de la rivière noire. Nous brûlerons donc la maison des imbécile, fabriquerons un bûcher pour le présentateur simplet, avant de rayer les candidats dénués de sens et idôlatrer par tout les jeunes en manque !

Régisseur : Mon seigneur ! Excusez moi, mais il me semble que vous avez pris le mauvais texte que j’avais posé sur la cuvette de mes toilettes quand je faisait cuire mes gnochis. Celui-ci était normalement dédié à l’histoire du secret et écris par le jeune Kévin, de la compta.

- Zut ! Envoyez l’émission et dépêchez vous de me larguer ce stagiaire de ma queue dans la fosse à serpents !

 

Le documentaire du jour vous sera présenté par Bob le sage.

Salut à tous ! Vous m’avez sans doute déjà vu dans des émissions comme c’est pas magicien, ou encore dans le barrage célébrité, et peut être même dans des chiffres et des rondins ; mais là n’est pas la question du jour. Nous allons traiter tout au long de cette émission d’un sujet qui me tient particulièrement à coeur, d’un aspect de la vie que personne vivant en ce bas-monde ne peut ignorer, et d’une facette de l’être humain dans laquelle chacun peut se reconnaître. Il y aura des moments comiques, des instants de pure tragédie, et peut être même quelques élans de mon imagination pouvant faire frémir un hippopotame désséché.

Voix-off : veuillez éloignez les enfants du poste. Ding ! Dong ! Pour tout ceux qui croit que les voix-off sont faites par des guignols parlant dans un micro changeur de voix je désire briser vos conviction : c’est faux, Colonel Reyel est à notre grand regret loin d’être une voix-off.

Vous aurez donc tous compris que cet épisode parlera du génrique des Barbapapas ! Nous découvrirons la drogue que prenais le créateur au moment où il a décidé de créer ses personnages, et qui est le fou disant la fameuse réplique : « Hép, hép, hép ! Barbachouette ! ».

Régisseur : Monsieur Bob ! Excusez moi, mais ce que vous venez de lire est le mauvais texte que j’avais posé dans le micro-onde au moment de faire cuire mes taghliatelles. Ceci est l’introduction de Bonne Matinée les Enfants écris par Régis le stagiaire de la sono.

En effet, autant pour moi. Mes félicitation à ce cher Régis pour son sens incompris de l’humour. Donc nous aborderons dans cette nouvelle édition des supers documentaires le sujet de la répartie ! Mais sans plus attendre, voyons ce qu’est cet étrange animal !

Qu’est-ce que la répartie ?

La répartie consiste à répondre à son interlocuteur de manière à la fois spontanée et réfléchie. Il faut pour cela trois facteurs que peut de gens ont la chance de posséder : intelligence, humour, et entraînement. Le problème de la répartie se situe dans le fait que des gens se forgent leur propre sens de cet art et le croient indéniablement aussi fiable qu’indestructible. Vous me direz sûrement : mais, mon cher ami Bob, nous n’allons tout de même pas passer en revu chaque sens de la répartie. Et à cela je vous répondrais que l’être humain moyen peut se regrouper en seulement quelque cases répartiques. Mais passons pour cela immédiatement aux explications.

Le facteur manquant chez l’humain moyen.

Si vous avez le courage de sortir dans la rue cotoyer des gens, vous saurez que beaucoup de personnes possèdent un sens de l’humour bien à eux et se croient drôle. L’humour est en effet une caractéristique dont peu de gens ont eu la chance d’être doté à la naissance. Le problème est que l’humour est souvent lié à la popularité, et non au talent de celui qui l’exerce. Tout de suite, une petite démonstration :

Beau gosse populaire auprès des filles = humour pourris = fais rire à peu près tout ceux de la case en dessous.

Aides de camps des beaux gosses et leurs groupies = humour copié sur leur idole = les fais rire eux même.

Mecs inconnus = humour inconnu mais souvent innexistant = ne peut faire rire personne.

Geeks = humour propre à eux même = fais rire les geeks.

Les exeptions = possèdent leurs humour propre = fais rire à peu près tout le monde exepté ceux qui les dénigrent par jalousie.

Vous l’aurez compris je me place dans la dernière catégorie car, en effet, je passe à peu près partout même si certains trouvent drôle de désirer m’écraser. Puis, sincèrement, il y a quelqu’un d’autre qui écrit des articles aussi louches sur un blog ?

Exemples de répartie.

Numéro 1 :

Nous allons commencer par le coup classique adopté par la classe de personne moyenne qui consiste à reprendre la phrase de quelqu’un pour la retourner contre lui. Pour cette petite démonstration nous allons nous servir de Jean, racaille à la mode qui aime les joutes verbales, et de Henry, élève moyen de classe de quatrième qui ne sait comment procéder lors d’une attaque de mots.

Jean : T’as vu comment ta mère elle est grosse, tafiole !

Henry : C’est toi la tafiole qui a une maman grosse.

Vous pouvez constater que Henry passe réellement pour un con alors qu’il aurait pût utiliser l’ironie pour faire taire son camarade en répondant : « C’est toujours pratique, si Maïté décède elle pourra faire des pubs pour nous acheter une piscine. » Jean n’aurait eu alors qu’à se taire car la répartie ironique est une forme puissante de réponse. Mais imaginons maintenant qu’Henry tente de créer, bien évidemment toujours avec son humour, son sens de répartie propre qui ne sera alors qu’un retournement de la répartie commune vers un changement tout aussi commun. Vous aurez compris, Henry mettra simplement sa phrase au féminin.

Jean : Connard ! Salop ! Tarlouze !

Henry : Connasse ! Salope ! Tarlouzette !

Encore une fois Henry devient le perdant de cette joute verbale en sachant qu’il se fera aussi démonter physiquement par la bande de Jean une fois ses exploits accomplis.

Numéro 2 :

Pour cela nous prendrons simplement Jean, notre racaille précédente, et Patrick, beau-gosse au décolleté prononcé avec une fille à chaque bras. Il faut savoir que dans une joute verbale le beau-gosse aura toujours l’avantage sur son adversaire car il possèdera plusieurs copains pour rire à chaque réplique. Pour commencer il faut savoir que Patrick possède, comme tout beau-gosse, deux manière d’utiliser la répartie à son avantage.

Jean : T’es vraiment une pédale frinquée comme une pute !

Patrick (avec son sourire inssuportable de beau-gosse et sur un ton calme) : C’est toi la pute. *Rire des copains*

Jean : Ouais mais t’as vu la gueule de ton t-shirt ?!

Patrick (toujours avec le même procédé) : C’est toi le t-shirt. *Rire des copains*

Vous aurez donc tous compris que Patrick pourrait gagner même contre une répartie ironique juste avec le soutiens de ces aides. Jean passera donc dans cette scène pour un gros débile, et Patrick pourra coucher avec trois nouvelles filles le soir venu. Passons à la deuxième manière de procéder de Patrick : les répliques types employées par les gens sans imagination.

Jean : Vas y ! Me bouscule pas toi !

Patrick : Qu’est ce que tu me bave ?

Jean : Espèce de grosse tarlouze !

Patrick : Fais un brouillon avant de parler !

Patrick est encore ici le vainqueur et aussi le gros déchet du jour. Il fera rire par ces phrases devenues nulles depuis 456 avant J.C mais se fera fracasser dans une ruelle sombre en rentrant chez lui le soir. Je vais maintenant vous donner la manière pour faire taire un beau-gosse que la répartie ironique n’atteint que très rarement et avec un travail exeptionnel. Il faut pour le faire taire une bonne vieille répartie surprise : prenez votre guide du kamoulox, trouvez une phrase dirigé vers lui même, le concernant, et ne voulant strictement rien dire. Prenez ensuite un air désintéressé et regardez le de haut comme pour augmenter son niveau de frustration. Exemple :

Patrick : Tu sais toujours pas te fringuer.

King Castor (d’un aire je m’en fiche, sans un regard vers son interlocuteur, et avec un ton calme) : Va sucer une huître.

Le beau-gosse sera blessé au fond de lui même, répondra une réplique type en bégayant, et aura tôt fait de taire le rire de ses copains qui se moqueront de vous pour le protéger. En sommes : le beau-gosse perdra sa joute verbale et se verra déshonoré.

Numéro 3.

Nous allons maintenant parler de la répartie d’un geek. Il y a une règle dessus : ne jamais s’attaquer à un geek dans une joute verbale ! Vous ne pourrez pas le vaincre car, quelque soit la phrase que vous lui sortirez, il vous démontera par des explications dont vous ne comprendrez que le mot « carte-mère ». Le geek ne peut être blessé sur son physique, ne peut être atteint si vous parlait de sa mère, se fiche de ce que vous dites sur sa vie, et se moque éperduement des insultes. Le seul moyen de contrer un geek est de ne pas le laisser répliquer et pour cela, il y a une solution : le faire pleurer. Pour cela critiquait Star Wars (exemple dites lui que cela ne veut pas dire « La guerre des étoiles » mais « les guerres de l’étoile »), écrasez l’univers Minecraft, ou menacez le de pirater son compte Dofus. Ainsi vous détruirez le geek et serait classé dans les exeptions.

Discours final.

C’est fini pour aujourd’hui ! Je vais vous donner quelques petites phrases avant de partir !

Suivez mes conseils pour devenir roi de la répartie même si c’est impossible pour beaucoup.

Rappelez vous ce que fait mon nom à l’envers.

Les Barbapapas sortent tout droit d’une usine nucléaire.

Commentez mes articles, mon blog, répondez au sondage, partagez. Bien évidemment si vous avez aimé.

J’accueille tout le monde sur mes pages : les geeks, les racailles, les enfants, les beau-gosses, les exeptions, et même les ratons-laveurs.

 

C’était Les supers documentaires, présentés par Bob le sage.

Les supers documentaires : le rondin sur rivière !

En tant que seigneur des terres du cerisier ardent, de fils de l’empereur d’au-delà des sept rivières sulfureuses, et de roi de tout les peuples de ce monde, je me donne le droit de décider ce qui sera censuré ou pas. En effet il ne faut pas nourir les esprits rebelles d’informations cruciales, ni les asseoir devant des émissions pouvant leur apporter le savoir culturel nécessaire pour faire une révolution, et encore moins diffusé sur les chaînes de Canal Bois des documentaires apportant connaissances et culture en même temps.

C’est pour cette raison que le grand et sompteux King Castor, dans sa majestueuse grâce, annonce que cette émission sera interdite et détruite sur le champs. Son présentateur sera lapidé à grands coups de dromadaires, son metteur en scène flagellé par des centaines de lapins roses, et la blondasse inutile pendue à une tringle de rideau !

- Mon seigneur ! Excusez moi mais je pense que vous avez pris le mauvais texte sur mon bureau. Celui que vous tenez entre vos main est le discours pour le Rondin de l’Infortune, présenté par Victostoria Beavckam, et écrit par Kévin le stagiaire de la compta.

- Merde ! Allez massacrer ce Kévin et lançez moi cette émission !

 

Le documentaire du jour vous sera présenté par Bob l’érudit.

 

Bonjour et bienvenue pour cette nouvelle émission haute en couleurs. Aujourd’hui nous parlerons de cochons, de lapin, de vaches, de rideaux, de mères, de Michel, et de chat. Ce sera une épopée audacieuse au fond de l’océan, aux sommets des montagnes, aux tréfonds des marais, aux solstices des étés ! Une aventure sans fin ! Ni soif…

Vous l’aurez compris cher auditeurs cette épisode traitera du voyage d’un chaton trop mignon au pays des Minikeums. Nous découvrirons plein de choses au travers des yeux de Joceline, cette chatte combative qui n’a pas peur de se mouiller et de prendre des coups, traversant des centaines de pays différents afin d’en déguster les spécialités culinaires. Elle pourra ainsi goûter aux plaisirs de la saucisse allemande, aux douceurs du concombre espagnol, aux suplices du poireau alsacien, et au calvaire du spaghetti italien.

Bref ! Tout cela pour dire que nous traiterons en cette fin de nuit du sport le plus populaire en République Démocratique et Dictatoriale du royaume des castors : le rondin sur rivière ! Vous vous attendiez à quoi sincèrement ?

P.S : pour tous ceux qui ont vu dans ce dernier paragraphe une description d’un petit chat partit visiter l’Europe de l’Ouest à la recherche de saveurs, je vous donne un 10/10 pour votre innocence.

Passons tout de suite au plus important : les règles du jeu !

Il faut savoir tout d’abord que le but de ce sport est de dévaler une rivière sur le dos d’un rondin en ayant dans les mains un espadon séché et un crapaud remplis d’hélium. Vous devez ensuite affrontez vos adversaires afin d’être le premier à déposer votre crapaud dans un panier tressé en fibre de lamantin tout en les frappant de votre espadon. La partie se joue soit à trente deux pour les rencontres familliales, soit à cinquante quatre pour les tournois de grande envergure.

Voici tout de suite les deux conditions à respecter pour pouvoir participer à un match de rondin sur rivière :

- Il ne faut en aucun cas être un ornithorynque, un chimpanzé, un zébre, un zébu, un reyel, une miley cyrus, une zaho, ou toutes autres connerie possédant les dernières lettres de l’alphabets dans leurs noms et qui ne savent pas chanter sauf si la voix passe avant dans un mixeur… (Mince ! Mixeur ! Encore un truc avec une lettre maudite à l’intérieur !)

- Posséder son propre rondin équipé du label Hadopi qui prouve qu’il n’a pas été illégalement coupé dans l’Interbois.

Expliquons maintenant les cinq uniques règles de ce sport mythique.

- Le crapaud doit rentrer dans le panier sous un angle de soixantes-dix degrès par la force centrifuge de la carpette du voisin de palier du vingtième candidat. Il doit être lancé de la main droite, propulsé d’un coup de queue, et erraflé pendant trois secondes à l’aide du petit doigts.

- Il est autorisé de fracasser la tronche des autres candidats du moment que l’on se plie à quelques restrictions. Il est interdit de blesser avec ses dents, sa queue, ses poils, ses mains, ses griffes, son ventre, son placenta, son suc gastrique, son estomac, et encore moins avec l’aide de son oreillette pulmonaire nord-sud-ouest-orientéeversl’est sous ordres des quatres cardinaux. Cette blaque était vraiment nulle… Il est en revanche autorisé de frapper avec son espadon séché à certains endroits du corps de l’adversaire et seulement avec la corne de cette arme. Vous avez donc le droit de planter le troisième orteil en partant de la droit du pied gauche, de trancher une poignée de poils sous l’aisselle du bras droit, ou de planter la base du crâne en déclenchant un joli geyser de globules rouges.

- Il est interdit de transporter son pique-nique sur le rondin.

- Le port de lunette de soleil d’une marque que nous ne dirons pas est disqualificatoire. Les chaussettes sèches de l’archiduchesse ne doivent être portée que de manière dépareillées. Le riz d’oncle Ben doit être bouilli dans l’eau durant environs dix bonnes minutes avant de pouvoir servir de projectile pour nourir les poissons.

- Il est autorisé de ramer si l’on fabrique une couette avec nos cheveux pour brasser l’eau autour de notre rondin.

Petit support culturel avant de clore cette émission.

Le rondin sur rivière fût instauré en 1964 dans la région du Texas par un certain Chuck Norris qui trouva drôle de glisser sur un morceau de bois.

King Castor est classé champion ultime de ce sport par défaite forcée de ses opposants.

Aucun animal n’a été maltraité durant l’écriture de cet article.

La Mère Michel retrouva sa chatte Joceline écrasée sur la route par la fourgonette blanche emplie de bonbons du Père Lustucru.

Il y a une place à commentaires en dessous qui a faim.

Bob vous souhaite, avec un beau sourire hypocrite, un merveilleuse fin de soirée et vous attends pour un futur épisode culturel.

C’était Les supers documentaires, présentés par Bob l’érudit.

ebtiha |
LE CERCLE RATIONNEL |
Minimax03 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PaRoDia
| car2le
| mammgoz