Chapitre 20 : La première manche du tournois

Ligue pokémon de Kanto

Après le tirage au sort des champions devant s’affronter, un tableau avait été affiché dans la ligue ordonnant aux dresseurs choisis d’aller directement s’installer. Red, voulant que cela aille au plus vite, décida que seulement les deux derniers matchs de finale serait fait à part. Pour les quatre qui allaient se dérouler à l’instant, ils se feront en même temps histoire que cela aille plus vite. Dans la première poule se trouvait le Major Bob, Pierre, Steven, et Albert. Pour la seconde était regroupés les champions restant, c’est-à-dire : Lin, Inezia, Hector, ainsi que Ven. Seul deux champions seraient nommés pour aller chercher Arceus mais pour le moment, Edmund s’en fichait royalement.

Alors que les combats commençaient, le jeune champion d’arène s’était avancé vers Clément qui s’était assis en face du stade afin de voir les prouesses des champions, tout cela sous les ordres de son maître qui pensait que c’était une idée parfaite pour s’entraîner. Du coin de l’œil, il jetait quelques regards à son grand rival qu’il avait vu s’avancer dans sa direction.

« Bonjour Clément. Tu vas bien depuis notre dernière rencontre ? »

Visiblement le jeune dresseur était timide à la vue du champion et n’était pas vraiment décidé à lui parler de ce qu’il était en train de vivre. Malgré qu’il s’était longtemps préparé à l’idée de revoir celui qu’il considérait comme son grand rival afin de le demander en duel, le jeune homme voyait alors tout son courage disparaître à sa vue.

« Il est avec moi, annonça une voix bien connue d’Edmund dans son dos. C’est moi qui aie voulu qu’il suive ce tournoi afin de pouvoir se perfectionner encore un peu plus. »

Surprit par cette révélation, Edmund regarda son interlocuteur, qui n’était autre que le maître de la ligue, droit dans les yeux. « Je vais tout t’expliquer si tu veux bien. Suis-moi un peu plus loin. »

Tandis que se déroulaient sur le terrain de la ligue le tournoi de pokémon, les deux hommes sortirent de la ligue et s’assirent sur un banc à l’entrée de cette dernière. Durant la durée du problème, Red avait fermé les portes de la ligue pokémon, promettant aux dresseurs de la rouvrirent au plus vite même s’il ne savait pas quand ils auraient la chance d’arrêter Diego.

« Alors comme cela tu as rencontré Clément… Cela m’a fait bizarre de le voir ici, il m’affrontait tous les jours dans le temps, au point que j’avais à la fin peur de le battre.

- Il est devenue beaucoup plus fort maintenant. Tu sais, Edmund, il est vraiment impressionné par toi. Je crois même qu’il te considère comme son idole. Et ça ne m’étonne pas du tout de toi.

- Explique-moi pourquoi vous en êtes arrivés là ? continua le champion d’Azuria qui se faisait du souci pour le jeune dresseur.

- Il t’a suivi jusque sur le mont argenté il y a quelques jours après que le match que vous étiez en train de livrer soit interrompu. Je ne sais pas comment il est arrivé là malgré la garde mais il y est parvenu. Et si je l’ai pris sous mon aile, c’est que Cresselia m’a dit en rêve qu’il aurait un rôle très important à jouer dans cette bataille.

- Clément aurait un rôle à jouer si important ? s’étonna Edmund qui revoyait seulement le jeune dresseur perdre face à tous les dresseurs de la région sans presque jamais gagner un seul combat.

- Il est déjà bien plus fort que de nombreux champions qui se trouvent à l’intérieur… »

Les mots de Red plongèrent Edmund dans une étrange méditation. Clément était un jeune dresseur avec lequel il entretenait une grande affinité mais qu’il n’avait jamais vu comme un grand dresseur de pokémons et qu’il ne pensait pas capable de vaincre qui que ce soit. Même s’il considérait celui-ci presque comme son fils, il ne pensait pas qu’il en était déjà arrivé si loin. Mais si Red et Cresselia le disait, c’était sans doute parce qu’il y avait quelque chose en ce jeune homme qu’il ne savait pas encore. Soudain, alors qu’il pensait au destin du jeune dresseur, il se souvint des paroles du maître lors de l’assemblée.

« Tu disais que tu désirais me confier une mission spéciale tout à l’heure ? reprit-il en se demandant ce que lui réservait le maître de la ligue.

- Je veux que tu ailles enquêter au mont argentée pour savoir exactement de quelle menace il s’agit. J’ai longtemps réfléchit à qui je pouvais envoyer là-bas. Mais tu es la personne en qui j’ai le plus confiance en ce monde et tu le sais. »

A cela, Edmund hocha la tête, approuvant les paroles du maître. « Je le sais, ne t’en fais pas pour ça.

- Merci, répondit Red, tu es sans doute le meilleur des petits frères que j’ai eu.

- Arrête ça ! répliqua Edmund en riant de bon cœur et en lui donnant une tape dans l’épaule. Je suis le seul frère que tu ais. » A cela, les deux hommes se regardèrent dans les yeux et se sourirent car même après toutes ces années passées, ils avaient gardés leur grande complicité de frère qui ne les quitterais sans doute jamais. « Je compte sur toi pour revenir en vie, reprit Red, mais je sais que tu as toujours eu de la chance là-dessus.

- Ne t’en fais pas, tu vas devoir me supporter encore longtemps. En mon absence, prends soin de Clément, il a besoin de ton aide et nous avons besoin de la sienne si ce que tu m’as dit est vrai. »

Alors qu’ils parlaient, les deux frères furent interrompus par Cynthia qui venait leur annoncer la fin des combats. De retour sur le stade, Red prit connaissance des résultats avant d’organiser les deux derniers combats, ceux qui auraient bien plus d’ampleur que les autres. Pierre avait vaincu le Major Bob, se retrouvant en final avec le jeune Steven qui avait littéralement écrasé Albert. De l’autre côté, la belle Lin venait de vaincre sans le moindre problème Inezia, attendant son prochain combat contre Ven.

De retour dans le stade, Red monta sur l’estrade et demanda aux deux prochains concurrents de se mettre en place pour la finale.

Steven, fixant Pierre dans les yeux et souriant, sortit sa première pokéball, bien décidé à mettre un terme à son adversaire le plus rapidement possible et sans lui laisser la moindre chance. Pierre avait un peu peur, le jeune homme avait beau être dresseur depuis peu de temps, on disait déjà dans tout Sinnoh que son Lucario était la terreur de tous les aspirants au badge de Voilaroc. Le combat allait être terrible.

Derniers commentaires

  • roshe run nike commentaire sur Chapitre 28 : Evasion 1/3
    "Mais mes intentions sont claires depuis le début聽: Seattle est ma ville natale et j鈥檃imerais ..."
  • Nike Blazer Mid Vintage Junior commentaire sur Chapitre 28 : Evasion 1/3
    "Varela n’a pas été parfait dans ses décisions mais il faut mettre à..."
  • nike roshe run pas cher homme commentaire sur Chapitre 28 : Evasion 1/3
    "脡t茅Pi猫ce forte :Le chinoLes solairesLes hauts :Des t-shirts col v et des col uDes chemises (manches ..."
  • solde lancel commentaire sur Chapitre 28 : Evasion 1/3
    "Pour ce que cela vaut, merci à eux, ces italiens, ces britanniques, ces fran?ais Chez Etro ma..."

Articles récents

Chapitre 19 : A l’assemblée des dresseurs

Assemblée du monde des dresseurs à la ligue de Kanto – Le lendemain

« Bonjour à tous ! clama Red du haut de son bureau en se levant pour être entendu de tous. Si j’ai aujourd’hui rassemblé en ces lieux cette communauté comme il ne l’a été fait que deux fois depuis que nous avons décidé de créer tous ensemble cette assemblée du monde des dresseurs, c’est parce que nous avons un énorme problème sur les bras. Vous devez sans doute en avoir entendu parler mais nous avons depuis plusieurs semaines et surtout plusieurs jours des problèmes au mont argenté avec un groupe terroriste. Ce que vous ne savez pas, c’est qu’il y a eu du changement… »

Red parlait bien, c’était sans doute aussi pour cela qu’il avait été élu à la majorité au poste de maître de l’assemblée devant Pierre, Iris, et Cynthia. Tout en l’écoutant, Edmund scrutait cette assemblée pour le moins impressionnante à laquelle il assistait pour la toute première fois depuis sa carrière de champion d’arène.

Cette dernière avait été instaurée par Red des années auparavant dans le simple but de maintenir l’ordre dans le monde et de s’occuper des problèmes ayant un lien avec les pokémons. Bien entendu, ils ne se rassemblaient que très peu. Cette assemblée regroupait les dresseurs les plus puissants du monde dans un même endroit pour discuter du problème concerné et tenter de trouver une solution rapide à ce dernier. Il y avait bien entendu les conseils des quatre ainsi que les quatre maîtres des ligues, ainsi que Peter qui même en étant à la retraite avait désiré assister à celle-ci, accompagnés bien évidemment par la totalité des champions d’arène de la région. Tous sans la moindre exception étaient au rendez-vous et avait attendu les premières paroles de Red avec impatience.

En plus de Peter, il y avait un autre invité surprise dans cette assemblée, une personne qui se tenait calmement assis derrière Red sans bouger et observait ce qu’il se passait. Bien entendu, Edmund avait reconnu ce dernier qui n’était autre que Clément. Néanmoins il ne parvenait pas à s’expliquer ce qu’il faisait ici, surtout que celui-ci avait disparu d’Azuria quelques jours avant sans donner aucune nouvelle, même à sa mère ; cette dernière ne se faisant aucun soucis car il était fréquent que son fils parte sans rien dire à l’aventure durant plusieurs jours. Quoi qu’il en soit, le champion d’arène fut en partie pratiquement plus étonné de la présence du jeune homme plutôt que par les paroles de Red.

A côté du champion d’Azuria se tenait sa femme avec laquelle il partageait la vedette. Durant tout le discours, les deux amoureux se tenaient la main afin de se prouver qu’ils s’étaient manqué l’un à l’autre. Ils n’avaient même pas pu profiter de leur couple, ceux-ci étant repartit dès le retour de la jeune femme.

« Les forces de polices ont vus certaines choses cette nuit qui nous permettraient d’identifier en grosse partie la menace, continuait Red qu’Edmund se forçait d’écouter malgré tout. Nous savons qu’un pokémon étrange s’est envolé du mont argenté durant la nuit avant d’y revenir deux heures après. Les hommes présents sur place ont pu prendre quelques photos mais cela ne nous avance en rien. Elles sont en ce moment dans un laboratoire spécialisé à Parmanie qui ne trouve pour l’instant aucune correspondance avec un pokémon existant. Nous ne savons donc pas ce qu’il se passe, ni de quelle menace il s’agit. Par contre, nous savons qu’un homme a quitté la montagne sur le pokémon photographié et savons depuis ce matin son identité. »

Joignant l’image à la parole, Red fit lancer dans son dos un diaporama qui laissa voir le visage d’un homme visiblement cinglé. L’homme en question avait le crâne chauve, des yeux vitreux enfoncés dans leurs orbites, et le teint très pâle. Il souriait d’un air machiavélique ce qui lui donnait comme l’impression d’être fou à lier, ce qu’il ne cachait pas vraiment au monde à vrai dire.

« Cet homme se nomme Diego Don Caroso. Il est plus connu pour être le frère de Giovanni, chef de la Team Rocket qui vient d’être cette nuit assassiné dans sa cellule à la prison de Céladopole. » La nouvelle provoqua des rumeurs dans l’assemblée, les dresseurs surpris de l’apprendre se parlant tous entre eux immédiatement.

« Silence s’il vous plait, continua Red qui n’avait pas une seconde à perdre. Giovanni a été assassiné dans d’atroces souffrances et la mère de dernier a dénoncé son fils cadet à la police cette nuit quand il a ramené la tête de son frère sur la table du salon. Diego Don Caroso est un psychopathe mais en plus de cela il mène une double vie. Ce qu’il faut savoir sur lui c’est qu’il pense avoir été durant toute sa vie quelqu’un d’exemplaire mais qui voulait seulement se venger de son frère qui était d’après lui le petit préféré de sa mère. Donc en plus d’être fou, Diego est schizophrène.

- Quelle est cette menace qui pèse sur le monde alors ? demanda Régis, le champion de Jadielle. Ce n’est après tout qu’un simple règlement de compte entre frères…

- C’est loin d’en être un. Diego a engagé un mercenaire nommé Ghost, quelqu’un de très reconnu et d’extrêmement puissant. Il a ramené au mont argenté trois pokémon légendaire dont Rayquaza, Deoxys, et Darkrai. Ce n’est plus moment de rire.

- Et tu as un plan ? reprit Régis.

- Le pokémon sur lequel s’est envolé Diego cette nuit est inconnu et nous ne savons pas de quoi il est capable à part qu’il a réduit Giovanni en bouillie. Nous devons le contrer. Je proposais d’envoyer deux de nos meilleurs champions d’arène afin d’aller lui en parler tout en relevant les épreuves placé par lui sur sa route. Ce sera extrêmement difficile et sachez que j’aurais aimé y aller moi-même, mais j’ai mon rôle à jouer et ce n’est pas celui-là. »

Aussitôt l’annonce fait, un jeune homme se leva de son siège. « Je suis partant pour tenter cette aventure ! Du moins s’il y a une fille dans le coup… » Aux paroles de Ven, un jeune champion d’arène venant d’Ondes-sur-mer, l’assemblée explosa de rire, ce qui ne fit pas pour autant rougir le jeune homme. Pierre d’Argenta, son meilleur ami, lui donna une bonne claque sur l’épaule en riant de bon cœur avec lui. Le jeune homme avait les cheveux blonds en bataille ainsi qu’un air de malice dans le fond de ses yeux.

Juste après lui, ce fut au tour de Pierre d’Argenta de lever la main, puis d’Edmund. « Non, reprit Red en direction du champion d’Azuria, j’ai d’autres projets plus intéressants pour toi. »

En même temps que Pierre, Inezia avait elle aussi levée sa main, ce qui faisait dépasser le cap des deux volontaires pour cette expédition. Lin, une jeune femme particulièrement belle et silencieuse, se porta volontaire sans dire un mot, s’assurant simplement que Red la remarque bien. Suivirent par la suite Albert et Hector, puis le Major Bob. Après une minute d’hésitation, un dernier dresseur leva la main : Steven, un garçon de presque deux mètre, baraqué comme personne, un expert des arts martiaux.

« Vu qu’il y a huit dresseurs pour cette aventure, continua Red, j’organise un tournoi à la ligue dans le stade juste derrière. Celui-ci commencera dans une heure et les champions se répartiront en deux groupes de quatre qui seront tirés au sort. Les gagnants de ces deux poules seront choisis pour mener l’aventure. Bonne chance à vous tous. »


Chapitre 18 : Mère est patrie

Céladopole

Quelqu’un frappait à la porte depuis environ dix minutes.

Lorsque la vieille madame Don Caroso se rendit compte de cela, elle n’avait pas remarqué qu’il était trois heure du matin et n’avait pas trouvée cela étrange. Elle s’était crut en pleine après-midi lors de sa sieste, les rideaux tirés comme à son habitude et les fesses dans le canapé. Il faut aussi dire que la vieille dame n’était plus jeune, les médecins estimant sa durée de vie à seulement deux mois. En plus de cela, elle devenait complètement folle depuis que son fils aîné avait été enfermé à la prison de la ville. Même si elle lui rendait visite tous les jours, cela ne l’empêchait pas d’être triste.

Lentement, la vieille dame se leva de son lit, se tenant aux barreaux pour ne pas tomber. Elle appuya sur l’interrupteur et alluma la lumière. Au bout du couloir, quelqu’un frappait à la porte.

Si la vieille dame s’était retournée à ce moment-là, elle aurait remarqué qu’un courant d’air avait soulevé le rideau de sa chambre et laissait transparaitre par la fenêtre une somptueuse nuit noire. Mais comme elle perdait la tête, elle ne remarqua rien. « Qui c’est ? cria-t-elle de sa petite voix chevrotante. » Personne ne lui répondit.

Elle attrapa sa canne sur le bord de son lit et commença à marcher au travers de sa chambre tout en tendant l’oreille : les coups venaient de cesser. Elle pensa alors que ce pouvait être le facteur ou alors un marchand ambulant qui venait encore lui refiler ses idioties. Ce qui était certain, c’était que la vieille madame Don Caroso était loin de s’attendre à celui qu’elle allait découvrir en ouvrant la porte.

Comme à chaque fois, le couloir qu’elle devait traverser pour atteindre l’entrée de son appartement lui parut interminable. Et il lui semblait que chaque jour de plus sur cette terre rendait de plus en plus difficile sa vie et ses déplacements. Elle devenait vieille c’était certain… Et avec en plus toutes les maladies qu’elle avait sur le dos c’était logique qu’elle soit dans cet état. Mais malgré tout, la vieille dame parvint à atteindre la poignée de la porte et à la tirer vers elle avant de tomber sur son plus jeune fils.

« Diego ? lança-t-elle étonné. Que fais-tu ici après tout ce temps ? »

Sans répondre, ce dernier pénétra dans l’appartement de sa mère, tenant dans sa main un sac en toile. « Qu’y a-t-il maman ? Tu n’es même pas contente de revoir ton fils ?

- Diego ce n’est pas le problème, écoute. Cela fait des années que tu n’as passé cette porte et là tu viens en furie sans aucun motif valable. Comprend mon chéri que c’est assez précipité.

- Dis plutôt que tu te contentais de Giovanni en mon absence. » A ses mots, les yeux de la mère se plantèrent dans ceux de son fils, semblant étonné par les paroles que ce dernier venaient de dire et presque choquée par cette réaction. C’était vrai qu’elle n’avait pas vraiment envie de le voir, après tant de temps sans nouvelle elle le considérait presque comme mort et en avait fait son deuil. Alors qu’il fasse son retour et la blesse de nouveau.

« Diego… Tu sais j’ai été triste quand tu es partit de la maison… Vraiment très triste. J’en pleurais toutes les nuits, ne mangeais plus rien. Et sans ton frère qui m’est soutenu-je pense que je serais morte depuis longtemps aujourd’hui. Tu m’as fait beaucoup de peine tu sais.

- Ce ne sont que des mensonges maman et tu le sais aussi bien que moi, continua Diego que la colère gagnait peu à peu. Dis plutôt que tu ne m’as jamais aimé et que tu as toujours préférée Giovanni.

- Et c’est repartit ! pesta la mère en comprenant soudain. Tu recommence encore à me faire ton cinéma. J’ai passée l’âge de jouer à ça avec toi. Tu sais-je…

- Je veux savoir la vérité, le coupa son fils, s’il te plait maman sois franche au moins une fois dans ta vie avec moi. »

Alors la mère l’invita à s’asseoir dans le salon, son fils ne l’aidant même pas à aller jusque vers le canapé. Une fois en tête à tête, la mère regarda son fils de haut en bas d’un air accusateur, Diego remarquant dans son regard comme une pointe de dégoût. « Tu as bien changé physiquement, dit la mère, même si en dehors tu es toujours aussi dérangé.

- Que veux-tu dire par là ?

- Tu veux savoir la vérité ? reprit la mère dont la question fut suivit d’un hochement de tête de la part de son fils. Alors accroches-toi bien à ton siège. Premièrement je dois t’avouer que j’ai toujours haïs les criminels. Ne dis pas le contraire par rapport à ton frère, s’empressa-t-elle d’ajouter avant qu’il ne la coupe. Quand Giovanni à créer la Team Rocket, j’ai tout fait pour le faire changer d’avis. Mais la différence entre Giovanni et toi, c’est que lui est incapable de tuer quelqu’un. Sa passion était les combats et son arène, il a créé la Team Rocket pour rassembler assez d’argent pour créer Mewtwo et devenir le meilleur champion d’arène ; c’était tout. Tu savais tout cela peut-être ? Donc, oui, j’ai depuis toujours préféré Giovanni à toi. Je l’ai toujours préféré car mon autre fils était un malade mental.

« A cinq ans, continua la vieille dame, tu as planté un couteau sur le bureau de la maîtresse d’école et nous avons été obligé d t’envoyer en privée. Heureusement ton grand frère avait peur pour toi et t’as suivi là-bas. Mais comme il était beaucoup plus populaire que toi à l’école, tu n’as pas supporté au point de tenter de le tuer. Je ne préfère pas parler de ce passage… Tu étais enfant et voilà ce à quoi tu pensais. Voilà pourquoi il te détestait par la suite. Puis tu disséquais aussi sans cesse des pokémons sans raison, tu faisais n’importe quoi. Avec ton père, nous avions peur de toi et nous ne t’aimions pas, je dois l’avouer.

« C’est terrible d’avouer cela à son propre enfant mais je vais mourir dans peu de temps, autant le faire le cœur léger. »

Diego commença alors à rire. Tendu durant toute la discussion avec sa mère, il était heureux qu’elle ait prononcée cette dernière phrase ; cela avait au moins pour but de le détendre. Malgré toutes ces paroles dures à encaisser, il ne crut pas ce que lui avait dit sa mère, pensant encore que Giovanni était un frère indigne et qu’il n’avait rien fait pour mériter toute cette haine de la part de sa famille. Alors tendrement, et pour se venger de ce qu’elle venait de dire, Diego saisit la main de sa mère dans la sienne et bougea les lèvres : « Désolé, maman. Je ne suis pas venu ici pour que justement tu puisses mourir le cœur léger. Tu comprends, je veux que tu souffres comme moi j’ai souffert. »

Tenant toujours la main de sa mère dans la sienne, Diego ouvrit le sac en toile qu’il avait amené avec lui et en versa son contenu sur la table et, voulant ajouter plus de piquant, il mit les yeux de sa mère en face de ceux de la tête de son fils aîné. « Bonne nuit, maman. Je t’aime. »

Ce fut sous les hurlements d’une vieille femme que Diego sortit de l’appartement et rejoignit son pokémon sur le parking de l’immeuble. Toujours souriant, il monta sur son dos et s’envola.

***

En arrivant dans la cellule, il remarqua de suite que quelque chose ne tournait pas rond. Un corps était étalé en face de lui, décapité. Cette vision lui donna la nausée et il se mit à vomir. C’était trop tard pour faire quoi que ce soit. Avec un goût amer dans la bouche, il se reprocha de ne pas avoir pu arriver avant. Il se pencha au-dessus de ce qu’il restait du corps et remarqua que le meurtre était récent, sans deviner l’arme employée. Une larme roula le long de sa joue.

« Dites-moi, lança-t-il en levant les yeux au ciel, qui a fait ça à mon père ? »

Il espérait que cette nuit Cresselia lui révèle tout ce qu’il y avait à savoir et, ne voulant pas plus s’attarder sur cette vision d’horreur qui lui faisait mal, il tourna les talons vers la sortie et se cogna à la porte. « Mince ! pesta-t-il. » Dégoûté, il sortit de la prison.

Il venait de tâcher sa belle chemise à carreaux.

Articles plus anciens

Chapitre 17 : Fraternité disparue

Chapitre 16 : Diego

Chapitre 15 : Avant le crépuscule

Chapitre 14 : De vieilles connaissances

Chapitre 13 : Ghost, le monstre 2/2

Chapitre 12 : Ghost, le monstre 1/2

Chapitre 11 : Chétiflor

ebtiha |
LE CERCLE RATIONNEL |
Minimax03 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PaRoDia
| car2le
| mammgoz